Analyse des risques d’effondrement et planification des actions de résilience

Plan d’action : SOS Maires

Commençons par la fin : quoi faire contre les risques d’effondrement de notre société ?

Réponse : application de la stratégie de SOS Maires pour la résilience. Point barre.

Sinon nous sommes foutus et condamnés à :

  • Crever à petit feu ou en mode chaos accéléré par les hubris mondialistes
  • Créer des groupes qui se planqueront le plus discrètement et le plus longtemps possible, avec aucune garantie de survie en cas de problèmes de santé majeurs, d’attaque ou d’élimination. C’est une stratégie désespérée.
En savoir plus : https://sosmaires.org/

Une école de pensée survivaliste pour comprendre, loin des clichés ineptes véhiculés par les médias français

Il existe une école de pensée survivaliste de très haute qualité intellectuelle qui a développé une méthodologie pour comprendre (…) l’effondrement temporaire ou définitif des systèmes sociaux. On appelle effondrement une rupture de la normalité. Effondrement individuel et effondrement collectif vont de pair. Cette méthode rationnelle s’apparente à celle qu’utilisent les ingénieurs qualité de l’industrie. »

Lionel Rondouin, ex-officier parachutiste, normalien et industriel

Lors de sa conférence (voir lien en fin de billet) Lionel Rondouin parle de « méthodologie survivaliste » avec 3 temps :

  • Constat (sur l’état d’effondrement de notre civilisation)
  • Diagnostic (qui a fait quoi, où cela s’est-il déclenché, quand, comment, pourquoi)
  • Plan d’action

Il se concentre sur 2 points concernants la première étape, le constat : l’extrême dépendance aux systèmes de support (eau, alimentation, énergie…) et l’effondrement des valeurs morales très récent et rapide. Il ne développe pas la partie diagnostic, et dans la dernière partie sur le plan d’action, il parle de se reprendre en main et renoncer au confort physique intellectuel : déni de réalité, croire qu’on va sauver les meubles en maintenant le système actuel, ou encore la tentation réactionnaire de croire au retour en arrière. Il conseille de se méfier de l’état régalien, de rechercher l’autonomie, l’entraide et la solidarité :

La communauté est une dimension fondamentale du survivalisme, elle doit autant que possible être locale.

Je me propose de développer ici la réflexion en suivant ces 3 étapes avec ma vision des choses.

Le constat : risques systémiques et effondrement

Extrême dépendance aux systèmes de support

  • Aucune résilience > Risque Majeur
    • > Population endormie dans le confort, non consciente des risques, pas prête

Systèmes complexes, chaines logistiques à flux tendu mondialisées, dépendance aux carburants importés et donc à la géopolitique

  • > Risques systémiques, brutaux
    • > Pénuries rapides

Effondrement des valeurs morales

  • > Modes de vie urbain Homo Festivus déconnecté des réalités et en recherche de justification et de dédouanement (écologie)
  • > Conséquences en cas de crises
    • > Pas de communauté forte et prête à faire bloc, faire face
    • > Risques de mortalité, violence, guerre civile

Dérive totalitaire

  • > Réduction des libertés
  • > Destruction de toute autonomie et indépendance qui permettrait la résilience, le mise en sécurité et la restauration des droits

Diagnostic global

Extrême dépendance aux systèmes de support

  • > Mercantilisation et taxation de toutes les ressources naturelles, capitalisme de connivence
  • > Illusion d’augmentation du PIB en augmentant les dépenses obligatoires : eau, électricité, gaz, carburant, assurances…
  • > Moyen de contrôle et de pression sur les populations par les gouvernements (pression des prix et taxes, pénuries, coupures)

Systèmes complexes, chaines logistiques à flux tendu mondialisées, dépendance aux carburants importés et donc à la géopolitique

  • > Le flux tendu grâce au pétrole pas cher et aux systèmes logistiques informatisés
    • > permettent de réduire les immobilisations (stocks) et augmenter les revenus
    • > favorise des exportations pour concurrencer les marchés où le coût du travail est plus important et les normes plus restrictives, contraignantes et coûteuses
  • > Destruction des autonomies locales, régionales et nationales pour que des grands lobbies industriels internationaux puisse contrôler tous les marchés et détruire toute concurrence des petits producteurs, artisans, pour que toute la planète soit dépendante de lobbies et circuits mondiaux (Nouvelle Route de la Soie…)
  • > Désindustrialisation des pays riches au profit de pays à faibles couts, polluants loin de l’Occident
  • > Contrôler et endetter les producteurs
    • > les inciter à s’agrandir et investir pour enrichir les banques, utiliser des produits de l’industrie pétrochimique, des machines, pour rogner leur marge, afin que tous s’enrichissent à leur dépend
    • > les spécialiser et les empêcher de faire des cultures plus autonomes, locales et en circuit court, hors contrôle des grands groupes
    • > aller jusqu’à la dékoulakisation, récupération des terres par les multinationales et mise en esclavage des agriculteurs et contrôler totalement l’alimentation

Effondrement des valeurs et conséquences en cas de crises

  • Subversion par des états étrangers ou lobbies industriels ayant un intérêt à prendre plus de pouvoir, de marché, d’élimination de la concurrence
  • > Éliminer tout système de valeur morale remettant en question le consumérisme et la soumission à l’oligarchie mondialiste
  • > Destruction des cultures et identités régionales et nationales, remplacement par des identités de marque, de rattachement à des valeurs sportives, de marque d’influences sponsorisées, en vue de tout mercantiliser et avoir des produits standards mondiaux pour un consommateur standardisé (communisme de marché)
  • > Mode de vies égoïstes et consuméristes, délégation totale des responsabilités et de l’éventuelle « charité » (par l’élection et l’impôt) pour mieux condamner les autres et se déresponsabiliser et justifier son impuissance

Dérive totalitaire

  • > Objectif de souveraineté exclusive de l’oligarchie mondialiste
    • > Tenir, détruire les États et centraliser par la dette et le pouvoir des banques centrales
    • > Enrichissement de quelques oligarques, ayant besoin de s’affranchir des États, en les corrompant et en les démantelant
    • > Utilisation des médias subventionnés pour diffuser la propagande et pratiquer l’ingénierie sociale, susciter et utiliser les émotions et annihiler toute réflexion, diviser pour mieux régner, jouer sur la peur de l’exclusion sociale
    • > Hubris, délires de toute puissance, recherche du pouvoir, de l’immortalité, de la jouissance
    • > Corruption « d’élites utiles visibles » via paradis fiscaux, manipulation mentales, sexuelles, etc. (pour mieux se cacher derrière eux)
    • > Faux jeux manichéens, gentils sauveurs/méchants, alors que les élites mondialistes visent tous le même but et s’arrangent
  • > Gouvernements et États corrompus par le capitalisme de connivence, le pantouflage et rétropantouflage
    • > Recherche du pouvoir, du prestige, des faveurs sexuelles, assouvissement de pulsions narcissiques, sadiques, perverses
    • > Approvisionnement en drogue, chirurgie et autres privilèges pour les élites
    • > Éviter l’application du droit sur eux, la prison
    • > Rester au pouvoir coûte que coûte
    • > Nécessité toujours plus forte de contrôler des populations toujours plus mécontentes, empêcher et mater les révoltes potentielles (Gilets Jaunes)
  • > Tenir les individus par leur dette et un emploi dépendant directement ou indirectement de l’État, puis par la monnaie numérique, instrument de la dictature absolue
  • > Vider les campagnes
    • > Empêcher l’existence de communautés dispersées et ayant des capacités d’autonomie et d’indépendance
    • > Rassembler les individus dans les grandes agglomérations
  • > Élimination des opposants et réduction de la population pour mieux la contrôler et se réserver l’accès et la disponibilité des ressources et richesses

Diagnostic personnel : dépendances et les risques associés, savoir-faire, marges de manoeuvre

  • Quelle est mon contexte propre : âge, santé, familial, géographique, économique, professionnel, social
  • Quels sont mes savoir faire
  • En déduire les vulnérabilités spécifiques à l’échelle locale, niveaux de risques, potentialité, probabilité et impacts
  • Forces et faiblesses
  • Marges de manœuvres

En déduire les plans d’actions de résilience

  • Long terme. Plan de prévention, discussions et réflexions, décisions, changements, préparation, entrainement, routines, lien social
  • Scénarios en cas d’urgence avec forte pression du temps
    • Évaluation de la portée / étendue et durée de l’incident
    • En fonction de l’évaluation, du contexte et de la configuration au moment de l’évènement, mise en œuvre d’un plan d’urgence, plan secondaire : évacuation, confinement…

Synthèse du diagnostic et développement d’une stratégie

Résilience et survie : Se préparer à quoi ? 5 niveaux géographiques sur l’échelle des risques

  1. Personnel : perte de travail, maladie, incendie, vol, accident de la route, agression…
  2. Locale : coupure d’eau/d’électricité, températures extrêmes, émeutes…
  3. Régionale : sécheresse, catastrophes naturelles, technologique, humaine…
    Niveaux supérieurs : risques systémiques
  4. Nationale ou continentale : économie instable, chômage, catastrophe technologique de grande ampleur – blackout -, effondrement social, dictature violente, liberticide, de privation, guerre civile, invasion…
  5. Globale : pandémie, guerres, catastrophes naturelles planétaires, technologiques à l’échelle planétaire (rupture des chaines d’approvisionnement en ressources et produits vitaux)

La survie collective en cas de risques systémiques

La préparation à l’échelle individuelle pour améliorer sa résilience face aux risques de rupture de la normalité, va de pair avec celle de la communauté soudée et solidaire : locale, entourage proche, voisinage, le vrai vivre ensemble.

La préparation à l’échelle personnelle et du groupe/communauté locale permet d’améliorer ses capacités de résilience, faire face aux risques personnels et locaux.

Mais l’individu et sa communauté sont en grand danger dés que la probabilité des risques systémiques augmentent, c’est à dire majeurs et en conséquence des dépendances technologiques, d’impréparation et de modes vie égoïstes, de terrain social et politique tendu, à l’échelle nationale. En cas d’effondrement majeur un groupe local n’aura pas d’autre choix que de se cacher le temps d’une crise dont on ne connaitra pas à l’avance l’issue. D’autres groupes deviendront des prédateurs ou des victimes.

Si les risques systémiques deviennent importants et les crises associées probable, alors la préparation à l’échelle personnelle et du groupe/communauté locale n’est qu’un acte désespéré, qui signifie qu’aucune autre solution n’est possible.

C’est pour cela que notre énergie devrait être dirigée vers une stratégie, si elle existe, forte, tangible et réalisable, pour éviter l’effondrement systémique, dont les principales causes sont la folie mondialiste et la passivité des foules dans le confort.

Un seul moyen : la résilience. Une stratégie tangible : SOS Maires

Il n’y a qu’un moyen de faire face aux risques systémiques, de résister à la violence et à la folie totalitaire, et son corollaire : la corruption systémique :

C’est la résilience.

En France, une stratégie existe pour la résilience. C’est celle de SOS Maires : détruire les intérêts politico-financiers de la secte mondialiste en utilisant le code pénal pour mettre en sécurité la multitude des communes, la force du nombre, en mettant à jour le Plan Communal de Sauvegarde PCS et le Dossier d’Information Communal sur les RIsques Majeurs DICRIM, avec la mise en place de la résilience alimentaire locale et les enquêtes citoyennes qui auront pour conséquence le démantèlement des influences étrangères et de la corruption systémique par effet de seuil / « banc de sardines ».

Sources