covid corruption

Dictature sanitaire, enrichissement et bioterrorisme d’État en bande organisée

Résumé

Explications sur les circuits financiers, d’influence et d’information, autour de deux scandales que l’on pourra relier :

  • Les révélations et enquêtes d’Idriss Aberkane et France Soir sur l’étrange blog de fact-checking Fact And Furious
  • Une longue suite de scandales autour de la collusion entre l’État et la société de conseil américaine McKinsey, le dernier en date étant l’ouverture par le Parquet National Financier de deux informations judiciaires concernant les comptes de campagne de Macron pour ses deux présidentielles en liaison avec le cabinet

Les 2 leviers de la vaccination Covid-19

  • Stratégie fournie clé en main par le cabinet McKinsey
  • Le terrorisme intellectuel par la propagande « Nous sommes en guerre », l’élimination des opposants en sapant leur réputation via des fact-checkers et médias subventionnés, le blanchiment de fausses informations sur Wikipédia et la censure sur les médias sociaux.

Bioterrorisme multi-facette : attaques sur la biologie des individus

Attaques sur la psychologie et le système immunitaire par l’usage de techniques sectaires :

  • Enfermement et destruction du lien social : confinements, couvre-feu, distanciation sociale, masquage
  • Stress par matraquage d’informations anxiogènes (comptage de morts journaliers…) via les médias mainstream subventionnés et propriété de milliardaires
    • La peur annule l’esprit critique et augmente la soumission
    • Le stress, l’enfermement et la destruction du lien social affaiblissent le système immunitaire et provoquent des maladies

Politique coercitive du « tout-vaccin », interdiction de traitements, imposition coercitive de produits expérimentaux non testés sur leur efficacité et leur dangerosité

  • Effets secondaires graves et décès
  • Destruction du système immunitaire
  • Marginalisation des populations ne se soumettant pas à la coercition :
    • Suspension de revenus et d’activité des personnes appartenant à des catégories soumises à une obligation d’injection des produits dits contre le COVID-19 : soignants, pompiers…
    • Privation de liberté de circuler et d’exercer certaines activités sociales (voyage, sport, cinéma, culture…) pour les individus refusant les injections de produits
    • Atteinte aux droits fondamentaux des individus

Stratégie clé en main par McKinsey

McKinsey a distribué sa feuille de route sanitaire pro-vaccination à une soixantaine de gouvernements occidentaux tout en étant au service du principal fabricant de « vaccins », Pfizer, et du Forum économique mondial de Davos sous l’égide de Klaus Schwab, l’hayatollah du Great Reset.

Le 23/12/2020 au siège du ministère de la santé a lieu une visioconférence présidée par Olivier Véran, alors ministre de la santé. La stratégie vaccinale de la France y est présentée par Maël De Calan, alors consultant McKinsey. Cette réunion s’adressait aux directeurs des ARS et d’hôpitaux.

Porte-tambour

Maël De Calan est devenu président du Conseil départemental du Finistère en 2021.

Des consultants Mckinsey prennent des postes de haut-fonctionnaires et inversement : missions, pantouflage, rétro-pantouflage, capitalisme de connivence : la collusion avec l’État français est totale.

Propagande « Nous sommes en guerre »

La censure bat son plein sur médias sociaux Facebook, Twitter (avant le rachat par Elon Musk et les révélations des « Twitter Files« ) qui sont des canaux d’information difficiles à contrôler par l’État. Sauf par la censure, justement masquée sous le couvert de « chasse à la désinformation » et au « complotisme » aux « antivax », sophismes creux ayant pour but d’amalgamer et de réduire au silence sans débat. Les chroniqueurs télévisuels en roue libre iront jusqu’à ternir des propos de haine, validés de fait par l’État.

Terrorisme intellectuel d’État en bande organisé

Il se met en place par un circuit allant des officines de Fact-Checking jusqu’au de blanchiment de fausses informations sur Wikipédia et les publications dans les médias subventionnés : mensonges d’État sur l’efficacité des vaccins Covid-19, études truquées sur commande (voir le scandale du Lancet, sapage de réputation « Character assassination » de scientifiques ou experts ayant un discours réservé ou critique concernant la politique du « tout vaccin ».

Les médias subventionnés relaient les informations et citent pour source les articles de fact-checkers.

C’est par une banale vengeance conjugale que la vérité éclate sur les coulisses du fact-checking : favoritisme, pilotage probable en sous-main par les autorités, et dénigrement systématique des opposants au pouvoir

Briefing : de la Chine jusqu’à Fact and Furious en France, le pouvoir vacille

Des officines de Fact-Checking reçoivent des agréments ou subventions, le blog Fact And Furious reçoit la prestigieuse qualification IPG par le ministère de la culture lui permettant d’être reconnu comme un organe de presse, et se voit propulsé partenaire de Google, de l’AFP et d’autres grands médias dans la « lutte contre la désinformation ». Il s’agit en réalité d’instruments :

  • de sapage de réputation de tout scientifique, expert ou influenceur ayant un discours argumenté, critique et/ou réservé sur la politique sanitaire défaillante et du « tout-vaccination ».
  • de blanchiment de mensonges d’États et la de propagande de la politique sanitaire totalitaire

Pour repérer quelles sont les cibles à abattre par Fact and Furious pour le régime via ses médias subventionnés, il suffit de compter le nombre d’articles à charges sur une même personne, nous arrivons à la liste suivante :

  • Martine Wonner, députée et médecin psychiatre
  • Christine Cotton, biostatistitienne ayant démontré très tôt les graves défaillances des tests du produit Comirnaty Pfizer & BioNTech
  • Alexandra Henrion-Caude, généticienne spécialiste de l’ARN (acide ribonucléique utilisée dans les produits injectés pendant la crise sanitaire)
  • Louis Fouché, médecin anesthésiste-réanimateur
  • Christian Perronne, médecin et ancien chef de service des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches
  • Laurent Toubiana, épidémiologiste à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale
  • Didier Raoult, microbiologiste spécialiste des maladies infectieuses, professeur des universités, praticien hospitalier au sein d’Aix-Marseille Université et des Hôpitaux universitaires de Marseille jusqu’à sa retraite en 2021 et directeur de la fondation institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection (IHU).
  • Idriss Aberkane, essayiste et influenceur enquêtant notamment sur l’instrumentalisation des médias à des fins crapuleuses

Il y a un lien de cause à effet quand le média France Soir, immédiatement après la sortie de son enquête sur Fact and Furious, perd son statut de service de presse en ligne géré par la commission paritaire des publications et agences de presse (CPPAP).

Connexions et connivences entre État, médecins harceleurs et sapeurs de réputation

On retrouve ici parmi les pires médecins :

  • Placeurs de produits pharmaceutiques au détriment des obligations de sécurité/prudence (cf. plus bas le code pénal) et au mépris des soins et du « consentement éclairé »
  • Harceleurs et sapeurs de réputation de scientifiques ou experts ayant un avis divergent par rapport à la politique du « tout injection de produit »

Tout cela constitue des infractions à de multiples articles du code pénal :

  • 121-3 Placement de produit au mépris des obligations de prudence/sécurité

Concernant la reconnaissance de l’existence de traitements existants, sur les effets secondaires et décès dus aux injections :

  • 434-4 Obstacle à la manifestation de la vérité sur
  • 223-15-2 Abus frauduleux de l’état d’ignorance

Connexions entre l’Élysée et Fact and furious

La grande enquête de France soir fait apparaitre une connexion directe entre l’Élysée et Fact and furious, officine de sapage de réputation des opposants à la politique tout-vaccin dictée par McKinsey.

Code pénal

L’existence d’un système de propagande d’État, de prise en charge de la stratégie sanitaire par une entreprise étrangère présentant des conflits d’intérêts et la promotion d’un produit pharmaceutique expérimental comme solution unique de traitement de la crise sanitaire pose la question de graves infractions au code pénal :

On retrouve ces infractions illustrées dans le schéma

Dédicace

Ce billet est dédié aux victimes des effets secondaires des injections de ritrovil et de produits expérimentaux dans le cadre de la crise sanitaire du COVID19, leur famille et leurs proches, aux Soignants Suspendus, pompiers, etc. victimes d’un apartheid immonde.

Moquons nous de ces crapules de factcheckers et médecins de plateau

Ces vidéos sont un excellent travail qui dérange car elles mettent en évidence les incohérences, mensonges et techniques de manipulation des masses par les placeurs de produits pharmaceutiques, de technologies de contrôle social et d’appauvrissement des indépendants